Le Baptême du Seigneur



Notre Seigneur Jésus-Christ a été baptisé par St Jean-Baptiste, pourquoi ?

Voici l’un des récits du baptême de Jésus. L’Évangéliste saint Matthieu nous raconte un événement particulier de la vie de Jésus, celui de son baptême par Jean-Baptiste. Cet événement est une épiphanie puisqu’au moment où Jésus est plongé dans le Jourdain une voix se fit entendre « Celui-ci est mon Fils bien-aimé ». Le Père révèle son Fils pendant que l’Esprit-saint se manifeste lui aussi sous la forme d’une colombe. Un magnifique tableau de la Bienheureuse Trinité nous est dévoilé ce jour-là. Jésus reçoit le baptême de Jean. Or Jésus n’avait pas besoin de baptême puisqu’il est Dieu. Jean-Baptiste d’ailleurs, refuse de le baptiser en disant :« c’est moi qui devrait me faire baptiser par toi ». Le baptême de Jean était un baptême de conversion, c’est à dire, que par ce geste les hommes recevaient la purification de leurs péchés et convertissaient leur cœur.

Or Jésus n’a besoin ni de l’un ni de l’autre. Mais il accomplit ce qui est juste. « Laisse faire maintenant, car il est convenable que nous accomplissions ainsi tout ce qui est juste. » répond-il à son cousin qui refuse de le baptiser. Le catéchisme de l’Église présente ainsi cet acte : « Le Baptême de Jésus, c’est, de sa part, l’acceptation et l’inauguration de sa mission de Serviteur souffrant. Il se laisse compter parmi les pécheurs ; il est déjà  » l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde  » ; déjà, il anticipe le  » baptême  » de sa mort sanglante ».
Il y a, dans le baptême de Jésus, une préfiguration de notre propre baptême. Nous sommes nous aussi plongés dans cette eau qui symbolise la mort pour renaître à la vie avec le Christ. En recevant le baptême en Jésus-Christ nous devenons des créatures nouvelles.
En cette fête du baptême de Jésus, nous pouvons alors repenser à notre baptême. Certains l’ont reçu il y a bien des années, d’autres quelques mois ou d’autres encore s’y préparent. Au fond, que nous apporte le baptême ?
Depuis les origines de l’Église, le Baptême des adultes est la situation la plus courante là où l’annonce de l’Évangile est encore récente. Le catéchuménat (préparation au Baptême) tient alors une place importante. Initiation à la foi et à la vie chrétienne, il doit disposer à l’accueil du don de Dieu dans le Baptême, la Confirmation et l’Eucharistie.
Naissant avec une nature humaine déchue et entachée par le péché originel, les enfants comme les adultes ont besoin de la nouvelle naissance dans le Baptême afin d’être libérés du pouvoir des ténèbres et d’être transférés dans le domaine de la liberté des enfants de Dieu (cf. Col 1,12-14), à laquelle tous les hommes sont appelés.
La pratique de baptiser les petits enfants est une tradition immémoriale de l’Église. Elle est attestée explicitement depuis le IIème siècle. Il est donc bien possible que, dès le début de la prédication apostolique, lorsque des  » maisons  » entières ont reçu le Baptême (cf. Ac 16,15. 33 ; 18, 8 ; 1 Co 1, 16), on ait aussi baptisé les enfants.

Père Dominique Doidy